La psychologie et l’investissement: Les biais qui nous influencent

Saviez-vous qu'au moment d'investir, il existe des modèles de comportement qui nous empêchent d'être rationnels? De nombreux individus ignorent que, dans le monde de l'investissement, les biais psychologiques jouent un rôle crucial. Les émotions, les influences sociales et les préjugés influencent fortement nos décisions financières.

biais psychologiques investissement

Aujourd'hui, nous parlerons de l'importance de la psychologie financière en abordant brièvement les biais cognitifs et les erreurs potentielles dans l'investissement.

Biais psychologiques et cognitifs : comment nous affectent-ils ?

Traditionnellement, on croyait que les individus sont rationnels, prenant des décisions logiques après avoir analysé toutes les informations disponibles. Toutefois, des études récentes, notamment celles de Daniel Kahneman, psychologue lauréat du prix Nobel d'économie pour ses travaux sur les finances comportementales, ont révélé que la réalité est tout autre.

La plupart des décisions sont prises en suivant des processus intuitifs et automatiques, plutôt que des processus analytiques et contrôlés. Ainsi, en période d'incertitude, nous ne sommes pas toujours rationnels dans nos prises de décision.

Les biais psychologiques sont définis comme des inclinations à penser de manière particulière, pouvant mener à des jugements erronés. Parmi eux, le biais du coût irrécupérable, le biais de confirmation et le biais d'ancrage sont fréquemment observés.

Dans le domaine des finances comportementales, l'étude porte sur nos réactions face aux défis financiers.

Selon des études psychologiques récentes, deux éléments clés influencent toujours nos décisions financières, bonnes ou mauvaises.

  • Le premier est notre capacité d'analyse. Il s'agit de notre aptitude à évaluer et à comprendre le contexte d'une décision ainsi que ses impacts éventuels.
  • Le second est nos émotions. Cela renvoie à notre état psychologique au moment de la prise de décision.

Ces deux facteurs fondamentaux nous amènent à identifier divers types de biais.

Quels sont les biais les plus courants que nous devons éviter ?

Dans cet article, nous allons étudier les 12 biais psychologiques les plus courants qui nous affectent lors de nos décisions d'investissement :

Les 12 biais que nous devons éviter lors de l'investissement
Excès de confiance
Illusion de contrôle
Biais de confirmation
Biais d'ancrage
Biais d'autorité
Effet Halo
Preuve sociale
Escompte hyperbolique
Aversion pour les pertes
Statu Quo
Prédisposition à l'optimisme
Biais des couts irrécupérables

1. L'excès de confiance

e biais survient lorsque nous surestimons nos connaissances et sommes convaincus de la justesse de notre opinion. Pensons-nous tout transformer en or ? Attention à ne pas se surestimer.

Ce phénomène est aussi appelé surcharge ou auto-évaluation excessive. C'est un biais cognitif menant à une surévaluation de nos compétences réelles. Il peut engendrer des comportements risqués, comme prendre des risques inutiles ou ignorer les conseils d'autrui.

Le biais d'excès de confiance se manifeste, par exemple, quand un ami, dans une conversation de bar, prétend tout savoir. Que ce soit en astrophysique ou en dressage de lions de mer. De même, de nombreux investisseurs surestiment leurs connaissances et expériences.

Pour contrer ce biais, il est essentiel de pratiquer l'autocritique. Savoir réellement quelque chose diffère de la croyance de le savoir. Nous risquons de sous-estimer la probabilité d'échec d'un investissement par rapport à ses gains potentiels.

2. L'illusion de contrôle

Le biais d'illusion de contrôle est la tendance à surestimer notre capacité à influencer les événements, menant souvent à la prise de risques excessifs, croyant éviter les conséquences négatives.

Ce biais révèle que de nombreux investisseurs pensent contrôler l'incontrôlable. Nous ne possédons pas de super-pouvoirs. Il est vain de fixer un écran en espérant une hausse du marché.

Pour éviter ce biais, il convient de ne pas prendre de risques inutiles et d'accepter les fluctuations du marché. Malgré nos informations, tout ne peut être prévu.

3. Biais de confirmation

Le biais de confirmation se manifeste lorsque les individus ont une propension à privilégier uniquement les informations qui corroborent leurs idées préconçues. Ce phénomène est nuisible car il peut conduire à négliger ou récuser les preuves contraires à leurs convictions.

Prenons l'exemple typique d'un investisseur. Il s'accroche à une hypothèse et ne consulte que les données qui la soutiennent. Ce comportement l'incite à chercher activement ce qui renforce son postulat.

Imaginons une discussion où l'on cherche à étayer un argument via une recherche Google. Souvent, on sélectionne des résultats qui appuient notre point de vue, ignorant les autres. Prenons l'exemple de la théorie de la Terre plate. On serait tenté de rechercher “preuve que la terre est plate” plutôt que “la terre est-elle vraiment plate ?”

Pour contrer le biais de confirmation, il est impératif de rechercher des informations avec impartialité et d'être ouvert à diverses perspectives.

4. Biais d'ancrage

Le biais d'ancrage est cette inclination à accorder trop de crédit à la première information reçue (l'”ancre”) dans nos décisions. Ce biais est pernicieux, car il peut nous amener à déprécier toute information subséquente.

Par exemple, si on lit que l'entreprise X va prospérer, rien, pas même des événements extrêmes, ne semble pouvoir altérer cette conviction. D'où le terme “ancrage”, car ces idées préétablies deviennent souvent des ancres tenaces. Souvent, nous nous fixons sur la rentabilité d'un produit, en négligeant d'autres risques. Nous nous accrochons à cette référence de croissance, croyant qu'elle persistera indéfiniment.

5. Biais d'autorité

Le biais d'autorité amène les individus à accorder une confiance disproportionnée aux déclarations de personnes perçues comme autoritaires. Cette tendance fait que leurs propos, logiques ou non, sont acceptés sans remise en question.

Ainsi, un investissement peut être effectué simplement sur recommandation d'un proche ou ami, sans analyse approfondie ni considération du profil de risque personnel. Par exemple, la recommandation d'un ami expert en astrophysique et lions de mer peut sembler infaillible, renforçant cette confiance aveugle.

Néanmoins, ce biais s'avère particulièrement périlleux lorsqu'il influence nos décisions financières sur la base des avis de youtubers ou influenceurs favoris.

Pour contrer le biais d'autorité, il est crucial d'évaluer objectivement chaque information, surtout celles impactant des aspects vitaux tels que les finances.

6. L'”Effet de halo”

L'Effet de halo réfère à la propension des individus à juger autrui selon une impression globale. Cette approche peut mener à des évaluations biaisées, où des attributs positifs tels que l'attrait ou l'intelligence masquent des défauts, entraînant des jugements erronés.

Ce phénomène se retrouve aussi dans la finance. Ce biais courant survient lorsqu'on évalue une entreprise sur la base d'une unique information, négligeant d'autres données pertinentes. Par exemple, une information isolée, bonne ou mauvaise, peut influencer notre jugement sur une entreprise, même si sa performance est déclinante depuis une décennie.

Pour éviter l'effet de halo, il est essentiel de cultiver un esprit ouvert et de s'informer continuellement sur les évolutions et nouveautés.

7. La preuve sociale

La preuve sociale est un phénomène psychologique. Il fait que les individus considèrent les actions d'autrui comme un modèle de comportement approprié dans un contexte spécifique. Ainsi, les personnes s'inspirent des actions des autres pour déterminer la conduite adéquate dans une situation donnée.

Prenons l'exemple, où de nombreux investisseurs ont choisi BNP Pariba ou Société Générale. Ils l'ont fait parce que la majorité des petits investisseurs possédaient des actions de ces banques. Ceci sans aucune analyse approfondie. L'idée sous-jacente était : “si tout le monde les possède, moi aussi”. Ils supposaient ainsi que la masse détenait la connaissance nécessaire.

Finalement, cela conduit à prendre des décisions qui ne reflètent pas nos propres choix. Ce biais est étroitement lié à l'effet de troupeau.

8. La remise hyperbolique

La remise hyperbolique est un phénomène où les individus privilégient un gain immédiat, même inférieur, à un gain plus conséquent mais ultérieur. Cela résulte de la tendance à valoriser davantage les récompenses immédiates par rapport à celles futures, même si ces dernières sont supérieures.

Ce biais peut entraîner des difficultés pour ceux qui cherchent à investir à long terme. Ils pourraient être tentés par des options offrant des gains immédiats mais moins avantageux, allant à l'encontre de leurs intérêts à long terme. En effet, toute récompense immédiate semble toujours plus séduisante.

Dans le domaine financier, quel est l'impact ? Certains investisseurs pourraient abandonner un investissement à long terme adapté à leur profil de risque, au profit d'options plus attrayantes à court terme. Cela modifie leurs objectifs initiaux.

Pour contrer le biais de la remise hyperbolique, il est crucial de cultiver une faible préférence temporelle. Cela nous amène à valoriser davantage les bénéfices futurs par rapport à la consommation immédiate, surtout si les premiers en valent la peine.

9. L'aversion pour les pertes

L'aversion aux pertes est un biais cognitif privilégiant l'évitement des pertes sur l'acquisition de gains. Illustrativement, face au choix entre gagner 10 dollars ou éviter de perdre 10 dollars, la plupart optent pour éviter la perte, perdant ainsi 10 dollars.

Dans le domaine de l'investissement boursier, ce biais se manifeste diversement :

  • Les individus préfèrent courir des risques pour prévenir une perte plutôt que pour réaliser un gain.
  • Il est courant que les gens vendent des investissements fructueux et conservent ceux déficitaires.
  • Accepter des pertes est plus ardu que de se réjouir de gains.

10. Le Statu quo

Le Statu quo, terme latin, désigne “l'état des choses existantes”.

En politique, il est fréquemment utilisé pour désigner l'ordre établi.

Le biais du statu quo survient lorsque nous envisageons la perpétuation du présent, sans changements, et nous investissons en conséquence. Le proverbe “Celui qui est bien assis ne se lève pas” illustre cette tendance.

Pour contrecarrer ce biais dans les finances, une ouverture à l'enrichissement de nos connaissances en macroéconomie et en analyse fondamentale est cruciale.

11. Prédisposition à l'optimisme

La prédisposition à l'optimisme est un biais cognitif favorisant une vision optimiste, même en situations adverses.

L'optimisme présente de multiples bénéfices. Par exemple, les optimistes jouissent souvent d'une meilleure santé physique et d'une longévité accrue comparée aux pessimistes. Ils réussissent également davantage professionnellement.

Nous avons tendance à surestimer les probabilités d'issues positives, reflétant ainsi ce biais. Nombre d'investisseurs privilégient l'optimisme au réalisme.

Pour contrer ce biais, une analyse des informations financières doit se faire méthodiquement, presque robotiquement, en minimisant l'influence des émotions.

12. Biais des coûts irrécupérables

Ce biais illustre la crainte de se désengager d'une situation non rentable, menant à la persistance dans l'erreur. Il se manifeste fréquemment sur les marchés financiers. Les investisseurs expriment souvent : “Après avoir investi 10.000€, il est inconcevable de se retirer avec une perte de 35%.” Cette réflexion résonne, n'est-ce pas ? En matière d'investissement, les biais cognitifs sont nombreux.

Conseils pour éviter les pièges psychologiques en bourse

Explorons à présent cinq méthodes essentielles pour contourner les biais psychologiques fréquents en investissement :

1. Éducation financière

La première étape souligne l'importance cruciale d'une solide éducation financière. Cette connaissance vous permet d'identifier votre profil de risque, de vérifier les informations, de reconnaître les biais cognitifs et d'apprendre à les éviter. La simple prise de conscience de ces biais peut grandement faciliter leur reconnaissance dans vos investissements futurs.

2. Analyser les pour et les contre

La deuxième recommandation est de toujours évaluer les avantages et les inconvénients de chaque décision. Il est essentiel de considérer différentes alternatives et d'examiner toutes les informations sous un angle critique.

3. Analyse prémortem

Le troisième point concerne l'analyse prémortem. Nous avons souvent une tendance à l'optimisme, mais il est utile de penser à l'opposé. Avant de décider, imaginez que votre décision a échoué. Cette technique permet souvent de mieux comprendre les événements après leur survenue que de les prévoir.

4. Avoir un processus de prise de décisions

Quatrièmement, il est crucial de développer un processus structuré de prise de décisions. Un guide de vérification utile pourrait inclure des questions telles que :

  • Ai-je lu toutes les informations disponibles ?
  • Ces informations sont-elles complètes ?
  • Comprends-je les caractéristiques du produit ?
  • Est-ce que j'ai bien évalué les risques ?
  • Ce produit correspond-il à mon profil d'investissement ?
  • Mon horizon temporel est-il adapté à ce profil ?

5. Être dans des conditions mentales optimales.

Enfin, la prise de décision efficace requiert d'être dans un état mental optimal. Il est important d'être conscient des facteurs comme la fatigue ou le stress qui peuvent influencer négativement nos décisions. Si vous n'êtes pas dans un état propice à la prise de décision, reportez-la à un moment plus opportun.

Articles similaires

FAQ

Qu'est-ce qu'un biais psychologique ?

Les biais psychologiques sont des tendances de pensée qui peuvent conduire à des jugements erronés. Ils se manifestent lorsque nos décisions sont influencées par des schémas de pensée automatiques.

Quels sont les biais psychologiques couramment observés ?

Parmi les biais psychologiques fréquemment rencontrés, on peut citer le biais du coût irrécupérable, le biais de confirmation et le biais d'ancrage. Ceux-ci peuvent avoir un impact significatif sur nos décisions quotidiennes.

Comment les biais psychologiques affectent-ils nos décisions ?

Les biais psychologiques influencent nos décisions en orientant nos jugements de manière non rationnelle. Ils nous poussent à prendre des décisions basées sur des émotions et des intuitions plutôt que sur une analyse objective des faits.

Articles connexes