Obligation d’État : Qu’est-ce que c’est et comment ça fonctionne ?

Placement relativement sûr, une obligation d'État, aussi appelée obligation souveraine, est un titre de créances destiné à financer les dépenses publiques. Cet instrument financier fait partie des options privilégiées des investisseurs recherchant stabilité et revenus réguliers.

Quels sont les avantages et les risques associés à l'investissement dans les obligations d'État ? Comment se comparent-elles aux obligations d'entreprises en termes de rendement et de sécurité ?

Dans l'article suivant, nous allons explorer ce que sont les dettes souveraines et leurs fonctionnements. Nous comparerons également ces titres avec les obligations d'entreprises et verrons où il est possible de les acheter.

Obligation souveraine

Qu'est-ce qu'une Obligation d'État ?

L'obligation d'État est un certificat de dette émise exclusivement par le gouvernement d'un pays. Elle représente une promesse de paiement futur, formellement consignée dans un document.

L'obligation d'État vise à lever des fonds pour remplir ses obligations et fournir des services publics. En émettant ces titres, l'État cherche à emprunter de l'argent en échange d'un paiement périodique d'intérêts et du remboursement du principal à l'échéance. Elle est considérée comme parmi les placements les plus sûrs et fiables.

Contrairement aux obligations d'entreprises qui dépendent de la santé financière d'une société, les obligations souveraines sont garanties par la solvabilité du pays émetteur. Cependant, un risque demeure si le pays approche d'une situation de défaut de paiement.

Concernant la rentabilité d'une obligation souveraine, elle dépend principalement de la solidité financière du pays émetteur. Elle est étroitement liée à la probabilité que l'émetteur rembourse le capital au détenteur de l'obligation.

Quels sont les différents types d'Obligations d'État ?

Il existe différents types d'obligations souveraines parmi lesquels vous pouvez choisir. Pour chacune d'entre elles, l'État émet les actifs pour se financer. Ainsi, vous prêtez de l'argent à l'État pour une durée déterminée à l'avance et connue des deux parties. En échange, l'État vous verse des intérêts périodiques à un taux prédéfini. À la date d'échéance, l'État rembourse le capital initialement investi. Ci-dessous les différentes catégories d'obligations souveraines :

Bons du Trésor

Les Bons du Trésor sont des valeurs à revenu fixe à court terme représentées exclusivement par des inscriptions en compte. Elles ont été créées en juin 1987, lorsque le Marché de la Dette Publique en Inscriptions a été mis en place.

Le montant minimum de chaque demande est de 1.000 euros. Les demandes pour un montant supérieur, quant à elles, doivent être des multiples de 1.000 euros. À savoir que les Lettres sont émises par adjudication.

Les Bons du Trésor ont plusieurs échéances :

  • Bons du Trésor à 3 mois
  • Bons du Trésor à 6 mois
  • Bons du Trésor à 9 mois
  • Bons du Trésor à 12 mois

La différence entre la valeur de remboursement du bon (1.000 euros) et son prix d'acquisition sera la rentabilité générée par le Bon du Trésor.

Obligations et Bons d'État

Ces titres se trouvent à différents niveaux des administrations publiques : locales, régionales, nationales et supranationales, comme l'Union Européenne.

Les deux types d'actifs à revenu fixe sont similaires, à l'exception de l'échéance. Pour les Bons d'État, elle varie entre 2 et 5 ans, tandis que pour les Obligations d'État, elle est supérieure à 5 ans.

Contrairement aux Bons de Trésor qui paient les intérêts à l'échéance, ces titres versent des intérêts périodiques sous forme de coupons.

Lors d'une adjudication, vous pouvez demander un montant nominal minimum de 1 000 euros. En revanche, les demandes pour des montants supérieurs doivent être en multiples de 1 000 euros.

Comment fonctionne une obligation d'État ? 3 choses à savoir

Voyons maintenant les points essentiels à connaître sur le fonctionnement des obligations.

1) Valeur nominale d'une obligation d'État

La valeur nominale représente le capital initial que l'émetteur s'engage à rembourser à l'échéance.

Dans le cas des bons, lettres et obligations d'État, ils ont la même valeur nominale minimale, à savoir 1.000 euros par titre.

Cela signifie que le montant minimum de chaque demande est de 1.000 euros. Les demandes pour un montant supérieur, quant à elles, doivent être des multiples de 1.000 euros.

2) Échéance d'une obligation d'État

La durée varie en fonction du type de titres, qu'il s'agisse d'obligations, de bons ou de billets d'État.

  • Bons : d'une durée de 2, 3 et 5 ans, ils sont émis à des dates variées tout au long de l'année
  • Obligations : d'une durée de 10, 15 et 30 ans, elles sont généralement mises aux enchères le troisième jeudi de chaque mois.
  • Les Billets du Trésor ont plusieurs durées :
    • Billets du Trésor à 3 mois
    • Billets du Trésor à 6 mois
    • Billets du Trésor à 9 mois
    • Billets du Trésor à 12 mois

3) Taux d'escompte d'une obligation d'État

Pour les Billets du Trésor, on utilise la formule de l'escompte : vous achetez le montant nominal moins le taux d'intérêt applicable à l'opération, et à l'échéance, vous récupérez le montant nominal total.

Quant aux bons et obligations d'État, on utilise le paiement des coupons. Au début, vous payez le montant nominal ou un pourcentage de celui-ci et vous recevez des coupons (trimestriels, semestriels ou annuels) correspondant à un pourcentage du nominal. À la date d'échéance, l'émetteur rembourse le montant nominal ainsi que le dernier coupon.

Interactive Brokers

Meilleur Courtier Multi produit 2022

👉 Plus d'informations : Interactive Brokers avis

  • 💶 Dépôt minimum : 0,00 €
  • 📝 Régulation : FCA, ASIC, CBI,
  • ⭐️ Score : 8.75/10

Pourquoi la relation prix-rendement d'une obligation d'État est-elle inversée ?

Lorsque le rendement de l'obligation augmente, le prix baisse. Inversement, lorsque le rendement de l'obligation baisse, le prix augmente.

Cela s'explique par le fait que le marché des obligations est influencé par l'offre et la demande de capitaux à investir. Si les investisseurs ne sont pas disposés à utiliser leur capital pour acquérir des obligations, le prix de ces obligations baisse, d'où une hausse des taux d'intérêt. En d'autres termes, il existe une relation inverse entre le prix et le rendement des obligations.

Voici un exemple : Imagine une obligation avec un coupon de 3,6 %. Quelques mois plus tard, les taux d'intérêt augmentent et l'État émet une nouvelle obligation avec un coupon de 4,2 %. Pensez-vous qu'un investisseur préférerait acheter votre obligation de 3,6 % plutôt qu'une obligation avec un coupon de 4,2 % ? Probablement pas. C'est pourquoi le prix de votre obligation doit « s'ajuster » à la baisse sur le marché secondaire pour devenir attractif aux acheteurs potentiels.

Et voilà, comme le prix de l'obligation sur le marché secondaire est maintenant inférieur, le coupon que l'État paie pour cette obligation souveraine reste le même – celui initialement convenu. Ainsi, en raison de la baisse du prix, la rentabilité de l'obligation a automatiquement augmenté.

Que se passe-t-il si un État ne paye pas ses obligations souveraines ?

Le défaut ou la suspension des paiements survient lorsqu'un débiteur ne respecte pas ses obligations envers les créanciers, comme établi dans un contrat de dette. Autrement dit, cela se produit lorsqu'il y a un non-paiement total ou partiel d'une dette à son échéance.

Si un pays ne respecte pas ses dettes, il entre en défaut, car il n'est pas capable de faire face à ses dettes.

Un défaut ne signifie généralement pas que les investisseurs ne récupéreront rien de leur argent investi. En effet, les non-paiements sont presque toujours suivis d'un plan de restructuration. Ce plan implique l'échange des anciennes obligations contre de nouvelles. Celles-ci sont soumises à des conditions contractuelles beaucoup plus strictes. Elles nécessitent l'approbation d'une majorité qualifiée des obligataires.

Un exemple récent de défaut se produisait en Argentine. Pour la neuvième fois de son histoire, le pays est entré en cessation de paiements. En effet, le délai de paiement accordé à l'Argentine pour le paiement de 503 millions de dollars d'intérêts à un groupe de créanciers privés, avec des obligations sous législation étrangère, a expiré.

Dans tous les cas, il est important de revoir la qualité de crédit d'un État pour éviter un éventuel défaut. Vous pouvez l'effectuer en consultant les évaluations des trois grandes agences de notation : Standard & Poor’s, Moody's et Fitch.

Obligation d'État vs obligation d'entreprise : Quelle est la meilleure option ?

L'important, ce n'est pas de déterminer celle qui est la meilleure, mais de comprendre leurs différences pour faire un choix éclairé.

Une obligation d'État est émise uniquement par un gouvernement. Son principal avantage réside dans sa fiabilité et sa sécurité, car il est très rare qu'un pays fasse faillite. En conséquence, elle offre généralement un rendement faible en raison de cette sécurité.

Une obligation d'entreprise, quant à elle, est émise par une entreprise privée. Puisqu'il est plus « facile » pour une entreprise de faire faillite que pour un pays, le risque devient plus élevé. Pour compenser ce risque accru, les obligations d'entreprises offrent généralement un rendement plus élevé.

En tout cas, le rendement moyen des obligations d'entreprise au cours de la dernière décennie a été minimal, parfois inférieur à 1 %. En 2023, ce rendement a égalé pour la première fois les rendements que l'on peut obtenir avec les actions.

Dans toute cette montée vertigineuse, les taux d'intérêt ont joué un rôle crucial. En augmentant le prix de l'argent de la banque centrale, il devient nécessaire que les rendements des titres de dette privée augmentent également.

👉 Plus d'informations : Qu'est-ce que la courbe des taux inversée ?

Où investir dans des obligations d'État ?

Pour investir dans des obligations souveraines, vous pouvez passer par différents courtiers en ligne qui offrent l'accès à ces titres. Examinons les différentes caractéristiques à rechercher chez le courtier avec lequel vous décidez d'investir dans des obligations souveraines.

1) Courtier avec obligations

Choisissez un courtier en ligne qui vous permet d'acheter ces actifs. Il vous suffira d'ouvrir un compte chez ce courtier et d'y déposer les fonds que vous souhaitez consacrer à l'achat.

Assurez-vous que ce courtier offre un accès à une large gamme d'obligations, qu'elles soient souveraines (obligations d'État) ou d'entreprise.

2) Marché secondaire

Les premières émissions de dette se réalisent sur le marché primaire. Ce marché n'est qu'une partie de l'ensemble du marché à revenu fixe. Il s'agit essentiellement des enchères auxquelles participent généralement des banques et des investisseurs institutionnels.

Il est possible d'investir sur le marché secondaire en achetant des obligations déjà émises sur le marché primaire. Les acheteurs et les vendeurs négocient et échangent ces obligations comme des titres de dette. C'est un marché accessible à tout investisseur via un courtier.

Ce document contiendra diverses informations, telles que le montant d'argent, la durée, la devise et la périodicité des paiements.

3) Faibles commissions

Bien entendu, il est préférable de choisir des courtiers proposant des commissions très faibles. En effet, le revenu fixe offre généralement de faibles rendements, sauf dans des cas exceptionnels comme en 2023.

Si vous choisissez un courtier à faibles commissions, il sera beaucoup plus attractif d'investir dans ce type d'instruments.

Ainsi, l'un des courtiers qui remplit les 3 caractéristiques mentionnées ci-dessus est Interactive Brokers, car il offre :

  • Une large gamme d'obligations
  • La possibilité de les négocier sur le marché secondaire
  • Des commissions abordables
  • Une réglementation européenne

Autres articles

En conclusion, les obligations souveraines sont des titres de dette émis par des États. Elles comptent parmi les instruments d'investissement les plus sûrs qui existent. En achetant une obligation d'État, vous bénéficiez de la garantie de la capacité de solvabilité de cet État.

Questions Fréquentes sur les obligations d'État

Que sont les obligations de l'État ?

Les obligations de l'État sont des titres de dette à moyen et long terme émis par les gouvernements pour financer leurs dépenses publiques. Contrairement aux bons du Trésor, qui sont à court terme, les obligations d'État peuvent avoir des échéances allant de plusieurs années à plusieurs décennies. Elles offrent des paiements d'intérêts réguliers aux investisseurs et sont considérées comme des investissements relativement sûrs en raison de la garantie du gouvernement.

Qui peut acheter des obligations d'État ?

Les obligations d'État peuvent être achetées par divers investisseurs, y compris des particuliers, des institutions financières comme les banques et les compagnies d'assurance, ainsi que des fonds communs de placement et des fonds négociés en bourse (ETF). Les gouvernements étrangers et les banques centrales investissent également dans ces titres pour diversifier leurs réserves de devises, et certaines entreprises les utilisent pour gérer leur trésorerie de manière sécurisée.

Quel est le rendement des obligations d'État ?

Le rendement des obligations d'État varie en fonction de plusieurs facteurs, dont la durée de l'obligation, les conditions économiques et les taux d'intérêt en vigueur. En général, les obligations à plus long terme offrent des rendements plus élevés pour compenser les risques supplémentaires liés au temps. Le rendement est également influencé par la politique monétaire de la banque centrale et la perception de la stabilité financière du gouvernement émetteur. Cependant, en raison de leur sécurité, les rendements des obligations d'État sont souvent inférieurs à ceux des investissements plus risqués.

Articles connexes

Fonds indiciels ou ETFs : Lequel choisir ?
Fonds Indiciels ou ETFs ? Tout investisseur passif se posera cette question tôt ou tard. Ces deux instruments, appréciés pour leur simplicité, ont gagné en popularité face à l'investissement actif traditionnel. D'ailleurs, ils sont devenus de...