Qui est Michael Burry, le héros du “Big Short” ?

Michael Burry, médecin de profession, est également un investisseur et gestionnaire de fonds spéculatifs américain reconnu. Fondateur et président de Scion Asset Management, il a marqué les esprits.

En effet, Burry s'est distingué en anticipant avec justesse la crise des crédits hypothécaires subprime et la récession économique mondiale subséquente. Cette prédiction, il l'a formulée après avoir observé une tendance inquiétante : de nombreux prêts hypothécaires étaient octroyés à des emprunteurs insolvables. Les prêteurs, quant à eux, misaient sur l'augmentation des prix de l'immobilier pour rentabiliser les prêts. Cette stratégie était risquée, surtout si l'emprunteur se trouvait dans l'incapacité de rembourser.

Michael Burry, un des plus grands investisseurs de l'époque moderne

Michael Burry, né le 19 juin 1971, a été diagnostiqué du syndrome d'Asperger, une forme de trouble du spectre autistique. Cette découverte personnelle a eu lieu lorsqu'il lisait un ouvrage sur le sujet. Les individus affectés par ce syndrome rencontrent des difficultés dans les interactions sociales. De plus, ils présentent souvent des comportements obsessionnels parmi d'autres symptômes. L'un de ses enfants est également atteint par ce syndrome. Burry considère que sa tendance à l'obsession, caractéristique de l'Asperger, lui a été bénéfique dans sa carrière d'investisseur. En effet, cela lui permet de se concentrer intensément sur des sujets spécifiques.

  • Nom : Michael Burry.
  • Date de naissance : 19 juin 1971.
  • Renommé pour : avoir anticipé la crise des crédits hypothécaires subprime. Il est le fondateur et dirigeant de Scion Asset Management.
  • Profession : Médecin et investisseur.
  • Films basés sur sa vie : Le casse du siècle (The Big Short), sorti en 2015.
  • Passions : Grand amateur de musique, il joue de la batterie pendant son temps libre. Il est aussi un fervent adepte de jeux de société stratégiques.

Biographie de Michael Burry

Michael Burry est né à San José, en Californie, le 19 juin 1971. À l'âge de deux ans, il a perdu un œil à cause d'un cancer. Depuis, il porte une prothèse oculaire. Burry a suivi des études en économie et pré-médecine à l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA). Par la suite, il a décroché son diplôme de docteur en médecine de l'École de Médecine de Vanderbilt. Sa résidence s'est déroulée à Stanford.

Durant cette période, il a consacré son temps libre à la finance, hors de ses heures de garde. Ce qui débuta comme un hobby est devenu une vocation sérieuse. Burry a alors géré son propre fonds, un hedge fund, avec d'excellents résultats. Depuis 1996, il partage ses analyses sur le site web Silicon Investor. Ceci a capté l'attention d'entreprises et d'investisseurs, dont Joel Greenblatt.

Scion Capital, relation avec Joel Greenblatt

En 2000, Joel Greenblatt, via Gotham Capital, a investi 1 million de dollars dans la création du fonds Scion Capital, fondé par Michael Burry. Au fil du temps, cette société a confié à Burry la gestion d'environ 100 millions de dollars. Sous sa direction, Scion Capital a enregistré d'importants bénéfices.

En 2011, le fonds a connu une croissance impressionnante de 55%, alors que l'indice S&P 500 a chuté de 11,88%. Cette performance remarquable est attribuée à ses investissements judicieux dans des entreprises technologiques surévaluées, dans le contexte de la crise des dotcom.

L'année 2002 a vu le S&P 500 diminuer de 22,15%, mais Scion a, en revanche, prospéré avec une hausse de 165%. En 2003, malgré une hausse de 28,69% du S&P, Scion a encore brillé avec une augmentation de 50%. En 2004, Burry gérait environ 600 millions de dollars et a donc cessé d'accepter de nouveaux capitaux. Toutefois, la relation avec les investisseurs de son fonds n'a pas toujours été harmonieuse.

Durant l'année 2005, Scion Capital a affiché un rendement annualisé spectaculaire de 238%, engendrant des gains significatifs pour ses investisseurs. À partir de cette période, Burry s'est concentré sur le marché hypothécaire subprime, anticipant l'éclatement d'une bulle dans deux ans (ce que nous détaillerons ultérieurement). Bien que sa prévision fût correcte, Scion a subi une baisse de 18% en 2006.

La nervosité a envahi les investisseurs comme Joel Greenblatt et John Petry, face à la stratégie adoptée. Malgré leur satisfaction pour les rendements passés, ils ont exigé un changement de stratégie. La tension entre Gotham Capital et Michael Burry s'est alors intensifiée.

En désaccord sur le pari contre le marché hypothécaire, Greenblatt a cherché à récupérer son capital. Toutefois, Burry a bloqué cette action durant un an. Cette décision lui a permis de poursuivre son pari et de réaliser d'importants gains. En 2008, il a finalement liquidé le fonds et restitué l'argent aux actionnaires.

Burry a personnellement réalisé un bénéfice de 100 millions de dollars avec Scion. Pour les autres investisseurs, les gains ont excédé 700 millions de dollars.

Le retour de Scion

En 2013, Michael Burry a relancé son fonds spéculatif, cette fois sous l'appellation de Scion Asset Management. D'après le site web dataroma.com*, le fonds administre un capital de 46,54 millions de dollars (données actualisées en décembre 2022). L'investissement majeur de Scion Asset Management, représentant 25% de son portefeuille, est dans Geo Group Inc. Cette entreprise se concentre essentiellement sur les prisons et les centres de santé mentale, selon les informations fournies par dataroma.com.

Comment Michael Burry est-il devenu un investisseur à succès ?

Qu'est-ce qui a rendu Burry un investisseur prospère? Sa capacité à repérer des tendances ignorées par d'autres et son approche d'investissement singulière ont joué un rôle clé. Dès 2006, il fut parmi les rares à miser sur la baisse du marché immobilier. Ses placements audacieux contre le marché se sont avérés très fructueux lors de la crise survenue deux ans plus tard.

Suite à ses gains considérables en misant contre les produits hypothécaires avant la récession, Burry a orienté ses investissements vers les entreprises émergentes du secteur médical. Depuis, il s'est établi comme une personnalité éminente dans l'investissement. Ses aventures financières durant la crise des subprimes sont décrites dans l'ouvrage The Big Short de Michael Lewis, puis portées à l'écran dans le film du même nom, où Christian Bale joue son rôle.

Quand Michael Burry s'est-il intéressé au marché boursier ?

Michael Burry a découvert le marché boursier en lisant le livre d'investissement classique de Graham et Dodd, Security Analysis. En étudiant ce livre et en appliquant ses stratégies, il a réalisé qu'il pouvait surpasser le marché. Cela en achetant des actions sous-évaluées par rapport à leur valeur intrinsèque.

Burry s'est alors lancé dans le trading d'actions. Il a obtenu des rendements impressionnants sur ses investissements personnels durant l'éclatement de la bulle des dotcom. Cette expérience l'a convaincu que le marché boursier représente une opportunité significative. Une opportunité pour les investisseurs prêts à consacrer le temps nécessaire à sa compréhension.

Quelles étaient les caractéristiques du marché immobilier en 2005 ?

En 2005, le marché immobilier connaissait un essor remarquable. Les prix des logements s'accroissaient à une vitesse inédite. Les individus achetaient et vendaient des biens immobiliers plus que jamais. Nombreux étaient ceux qui prévoyaient une continuité dans cette croissance et désiraient y participer activement. Les hypothèques s'aggloméraient et se vendaient parmi les investisseurs via des CDO (collateralized debt obligations). Ces derniers sont des actifs financiers regroupant diverses dettes, telles les hypothèques, segmentées en tranches aux risques et rendements variés.

Ces CDO se caractérisaient par une structure masquant le risque sous-jacent. Beaucoup comprenaient des hypothèques à haut risque. Burry a identifié ce danger et a parié contre les CDO avant l'effondrement du marché en 2007-2008. Durant cette période, Burry a commencé à acquérir des credit default swaps (CDS), sortes d'assurances contre le défaut de paiement. Dans ce cadre, l'acheteur verse une prime pour protéger son investissement face au risque de non-paiement d'un émetteur de dette.

Il est important de souligner que Burry a misé contre certains bons d'hypothèques à haut risque, et non contre l'ensemble du secteur. Il a acquis des CDS en quantité significative. Cette stratégie impliquait que si les prix des habitations baissaient et les émetteurs de dettes faisaient défaut, il bénéficierait financièrement. À l'époque, les CDS n'étaient pas cotés en bourse. Par conséquent, Burry a dû persuader des institutions telles que Goldman Sachs ou Deutsche Bank de les émettre pour son acquisition.

En 2007-2008, le marché s'est effondré et les prix des logements ont entamé une chute spectaculaire. Ceux qui avaient acquis des maisons à des tarifs exorbitants se sont trouvés avec des biens d'une valeur nettement inférieure à leur prix d'achat.

Burry n'avait pas explicitement prédit la chute du marché immobilier. Il a plutôt identifié l'insoutenabilité du marché. Pour cela, il a analysé les hypothèques à haut risque et a repéré des anomalies dans le système. En conséquence, il a opté pour des positions courtes, misant sur le déclin du marché hypothécaire. Suite à l'éclatement de la crise des hypothèques subprime, ses spéculations lui ont rapporté des gains considérables.

En quoi consistent les investissements de Michael Burry aujourd'hui ?

Michael Burry excelle dans l'investissement dans des actifs en difficulté. Ces actifs, souvent sous-évalués ou défaillants contractuellement, sont sa cible privilégiée. Ainsi, Burry achète des valeurs et investissements lors de leur dépréciation, pour ensuite les revendre une fois leur valeur restaurée. Cette méthode, bien que hautement risquée, peut s'avérer exceptionnellement lucrative si elle est bien exécutée.

La stratégie d'investissement de Burry s'adapte aux conditions du marché et aux opportunités détectées. Parmi ses investissements habituels figurent actions, obligations, immobilier, matières premières et devises. Il a notamment réalisé des placements fructueux dans les droits à l'eau et les terres agricoles.

Burry perçoit l'eau comme une ressource stratégique. D'où ses investissements dans des terres agricoles avec l'intention de cultiver des aliments pour les transporter dans des régions en pénurie d'eau. Pour en savoir plus sur les choix d'investissement de Michael Burry, consultez la mise à jour et l'analyse du portefeuille de Scion Asset Management par Borgeby.

Que tirer, en tant qu'investisseur, de l'expérience de Burry ?

Il y a plusieurs leçons essentielles que les investisseurs peuvent apprendre de l'expérience de Burry :

  • Premièrement, il est crucial d'avoir une stratégie d'investissement bien définie et de s'y tenir fermement.
  • Ensuite, menez vos propres recherches. Burry, en tant qu'investisseur autodidacte, s'informait en lisant des revues médicales et en suivant minutieusement les entreprises de son portefeuille. Sa connaissance approfondie des entreprises lui procurait un avantage significatif dans ses choix d'investissement.
  • De plus, diversifiez votre portefeuille. Il ne faut pas concentrer tous ses efforts sur un unique investissement ; il est préférable de répartir le risque sur plusieurs options différentes. Cela constitue un bouclier contre d'éventuelles pertes majeures si un investissement ne donne pas les résultats escomptés.
  • Enfin, faites preuve de patience. Burry n'a pas atteint le succès en tant qu'investisseur en un clin d'œil ; cela lui a demandé des années d'efforts soutenus et de dévouement.

FAQ

Qui est Michael Burry et quelle est son importance dans le monde de l'investissement ?

Michael Burry, initialement médecin, s'est reconverti en investisseur et gestionnaire de fonds spéculatifs. Il est célèbre pour avoir prédit la crise des crédits hypothécaires subprime de 2008.

Comment Michael Burry a-t-il anticipé la crise des subprimes ?

Burry a observé une augmentation de l'octroi des prêts hypothécaires à des emprunteurs à risque. Il a identifié que cette tendance, couplée à la spéculation sur les prix de l'immobilier, menaçait de s'effondrer si les emprunteurs ne pouvaient rembourser leurs dettes.

Quelles actions Burry a-t-il prises en prévision de la crise ?

Il a misé contre le marché immobilier en investissant dans des swaps sur défaillance de crédit (credit default swaps), une position qui lui a permis de réaliser des gains significatifs lorsque la crise a éclaté.

Articles connexes